Notre première balade à vélo avec bébé sur la voie verte au départ de Brives-Charensac

Quand une famille recomposée, un papa, une maman, trois enfants, 10 ans, 5 ans et 10 mois, a des envies de balades en vélo, elle se tourne vers les voies vertes et en particulier celles de l’Auvergne. Parce qu’on y pédale en toute sécurité, parce qu’on y découvre toujours ces petites choses qui attisent la curiosité des enfants, parce que chacun y trouve son plaisir.

Pour notre toute première fois, après une étude approfondie de divers itinéraires, cap sur la voie verte qui part de Brives-Charensac, un joli village à quelques kilomètres du Puy-en-Velay. Le récit de notre préparation…

D’abord trouver un itinéraire qui plaise à tous

Pour une balade à vélo en famille, le plus difficile est de motiver les enfants à pédaler avec un parcours adapté à leurs (petites) jambes. Et le plus important pour les parents est d’assurer leur sécurité. Les voies vertes sont à ce titre des circuits parfaits. Et notre belle région d’Auvergne en compte un nombre certain !

Depuis longtemps, celle de Brives-Charensac au village de Costaros nous faisait de l’oeil…mais presque 50 km aller-retour, c’est trop long pour des enfants. Alors, d’un commun accord familial, nous avons décidé de tester cette activité jusqu’à Solignac-sur-Loire. 26 km aller-retour, certes avec une légère pente de 2km à l’aller, mais une légère descente de 2% au retour et une vision différente des paysages.

Le passage de cinq tunnels et d’un viaduc de 184 mètres à traversées métalliques a fini de nous convaincre. Et surtout les deux aînés qui y ont vu le moyen de s’inventer des histoires…La vraie histoire de cette voie verte, aménagée sur l’ancienne ligne de chemin de fer qui reliait le Puy-en-Velay à Langogne, nous sera d’ailleurs racontée par Lum et Caminon.

Ils nous accompagneront tout au long du parcours pour découvrir la faune et la flore mais aussi quelques légendes et récits autour des monuments du coin. Instructif et ludique pour les petits ! Et les grands aussi. En plus, nous allons pouvoir profiter de beaux points de vue sur le Puy, le Mézenc, le Meygal…

Et ce en toute sécurité. Pas de voitures, un parcours fléché et balisé, un revêtement bien roulant…La seule chose à laquelle il faudra prêter attention, c’est aux autres cyclistes que nous risquons de croiser, voire des randonneurs ou des rollers.

Le parcours est donc parfaitement accessible aux familles. Ce qui n’exclut pas une bonne préparation. Au risque de voir tourner la balade en cauchemar.

Ensuite, assurer la sécurité de la famille

Le parcours a beau être parfaitement sécurisé et réservé aux seuls vélos (ou rollers ou marcheurs), il n’empêche que le casque est OBLIGATOIRE pour tous. Pour nos grands enfants, la loi de mars 2017 nous y oblige mais c’est une évidence.

Le casque vélo est obligatoire

En cas de chute, toujours possible avec les deux casse-cou que nous avons, le casque protège des chocs à la tête.

Parce qu’il a 9 mois, nous aurions pu installer Bébé dans un siège vélo. C’est autorisé à partir du moment où l’enfant se tient assis. Mais pas forcément confortable sur une balade d’environ 2 heures. Toujours est-il que nous n’avons pas fait l’impasse sur le casque, même dans la remorque. Et ce fut un jeu d’enfant d’en choisir un puisqu’on en trouve à partir de 44 ou 45 cm de tour de tête ! Qui plus est plutôt amusant avec ces petits dinosaures multicolores.

D’ailleurs, parce que nous sommes des parents responsables, nous arborerons aussi un joli casque coloré. Pour montrer l’exemple. Alors, certes, il nous a fallu « casquer » pour équiper toute la famille, mais la sécurité n’a pas de prix. Et chacun a pu choisir le casque rigolo et débordant de couleurs qui correspondait à ses envies.

Quelques conseils pratiques pour choisir le bon casque vélo pour votre bébé :

    • Le casque doit être homologué EN1078
    • Le casque doit être à la bonne taille : on prend la bonne mesure juste au dessus des sourcils
    • Privilégiez les réglages simples des sangles et de la sous-mentonnière pour faciliter l’autonomie des grands
    • Choisissez un casque avec visière

Enfin, choisir le bon matériel

Pour notre aîné de 10 ans, pas de souci, il pédale sur son propre vélo. Pour le deuxième, nous avons opté pour la barre de traction (ou de remorquage) qui lui permettra de rouler comme un grand quand il le voudra et à nous de l’aider quand il sera fatigué. Enfin, bébé sera installé dans une remorque. A 10 mois, il pourra vaquer à ses petites occupations de bébé en toute tranquillité. Entre autres la sieste.

Et comme nous avons l’intention de réitérer l’expérience de la balade vélo en famille avec bébé, la remorque pourra l’accueillir jusqu’à ce qu’il sera capable de pédaler.
Tout a été contrôlé avant de partir…freins, gonflage des pneus, direction…Sans oublier l’éclairage de nos vélos. Certes, les tunnels sont éclairés mais deux précautions valent mieux qu’une. Quand au kit de réparation d’urgence, il est complet.

On fait un dernier check-point : nous avons de l’eau en quantité, le pique-nique est assuré, les barres de céréales prévues pour les petites pauses, crème solaire appliquée, vêtements chauds et brumisateur pour la famille rangés dans la remorque, à côté des couches de bébé. Tout est OK. Un deux trois, prêts et partez comme nous pour une balade vélo en famille avec bébé.

Laisser un commentaire